Catégories

Les métiers du Big Data les plus demandés

Les métiers du Big Data les plus demandés

Il est clair que nous sommes dans un siècle où le volume de données exploitées explose. De nombreux flux de données sont sollicités ces derniers temps, plus de 3⁄4 seulement pour les 3 dernières années. Ainsi, pour faire référence à cet important flux de données, on utilise l’expression : Big data. En effet, le Big data est en quelque sorte la numérisation des informations exploitables. Pour traiter et exploiter toutes ces données informatiques, de nouveaux métiers ont vu le jour et sont de ce fait, de plus en plus demandés. De nombreuses entreprises sont en constante recherche des talents du Big data et certains profils sont très prisés. Découvrons ici les 10 métiers du Big data les plus demandés.

Data analyst

Dans le domaine du Big Data, le métier de Data analyst est l’un des plus demandés. En particulier grâce à ses compétences techniques assez polyvalentes. En effet, le Data analyst dispose d’une parfaite maîtrise des outils et logiciels tels que : Web Analytics, Python, Excel, BI, SAS, VBA…

A découvrir également : Comprendre le RGPD

Ses capacités s’étendent jusqu’à la maîtrise de certains langages de programmation. C’est un professionnel qui excelle dans le maniement de l’outil informatique, avec une capacité rédactionnelle hors du commun et un goût prononcé pour les chiffres et les statistiques.

Le Data analyst est doté d’une aisance relationnelle avec tous les corps de métiers, doublé d’une orientation business assez affûtée. Ces qualités lui permettent de remplir des missions complexes, tout en simplifiant les éléments techniques. Ce métier nécessite une certaine rigueur, un sens de l’organisation, une réactivité et un esprit d’analyse assez poussé. Le Data analyst est un élément clé pour l’équilibre d’une entreprise, car il apporte une certaine cohérence aux activités. Il parle couramment l’anglais et en domine l’usage.

A lire en complément : Une opportunité d’emploi d’avenir en 2022 : enseigner une langue en ligne

Les missions d’un Data analyst sont prioritairement orientées vers l’exploitation et l’interprétation des données. Le but étant de réaliser des observations business pouvant servir à l’entreprise. Cette action facilite le leadership dans leurs prises de décisions, pour optimiser les résultats et les stratégies marketing.

Il s’occupe quotidiennement de modéliser la base de données de l’entreprise, il la met constamment à jour pour qu’elle soit aisément exploitable. Cette base de données sert à chaque équipe métier dans ses stratégies de déploiement et d’analyse.

En clair, le Data analyst est un pilier du développement et du déploiement de l’entreprise, car son travail impacte considérablement la croissance de l’organisation. Par exemple, les équipes de développeurs avec lesquelles il collabore, décryptent une partie des informations. Il se chargera ensuite de transmettre aux départements clés de la boîte. Mais, il s’assure que les données transmises sont prêtes à l’exploitation.

Concrètement, le Data analyst :

• Réunit et procède à une sélection des sources de données pertinentes, qu’il traite et transmet sous la forme de documents statistiques.

• Traite, exploite et réalise l’intégration des données dans l’entrepôt de données (Data warehouse).

• Procède à la création de Dashboard, à l’élaboration des KPIs et des reportings permanents, pour mesurer les performances et apporter une certaine cohérence.

• Met à disposition un process/requêtes et automatisation

• Analyse les métiers et transmet des recommandations à la direction.

• Gère efficacement les outils d’analyse, pour faciliter le suivi des différents produits.

• Réalise une veille technologique.

En ce qui concerne sa formation, des études universitaires Bac 5 sont nécessaires pour devenir un Data analyst. Certaines formations sont les plus sollicitées en entreprise : Mathématiques, statistiques, économie, informatique ou marketing.

 

Data engineer

Encore appelé Ingénieur data, le Data engineer est celui qui procède au développement de l’infrastructure établie par le Data architect. Son rôle est de définir des solutions techniques efficaces et fiables. Leur maintenance est à sa charge, en adéquation avec les contraintes de sécurité. Le Data engineer reçoit les données des sources diverses, les intègre puis procède à une vérification de qualité. Le monitoring des flux/interfaces de données est l’œuvre du Data engineer, il en assure un suivi permanent.

L’ingénieur Data suit un cursus en école d’ingénierie d’au moins 5 années. Ce professionnel maîtrise les outils informatiques, les logiciels, les statistiques et dispose des aptitudes poussées en management. Sa rémunération annuelle avoisine les 60 000 Euros.

 

Data scientist

Le Data scientist est le professionnel qui définit la stratégie de développement de l’entreprise, il y arrive en traitant et en valorisant une pile de données. En effet, il participe à l’élaboration des stratégies marketing et commerciale, il fait des recommandations pour booster les performances et la rentabilité de l’entreprise.

Ce professionnel du Big Data est avant tout un encodeur, grâce à ses multiples talents en informatique et en mathématiques, il est capable de procéder à un codage précis. Pour ce faire, il automatise les méthodes de tri et de traitement des données de grande quantité à travers des algorithmes intelligents. Le but étant l’extraction des informations utiles.

Par rapport à sa formation, un diplôme d’ingénieur en mathématiques et en informatique de niveau Bac 5 dans une école d’ingénierie est recommandé. Le Data scientist doit suivre une formation assez pointilleuse sur des techniques d’analyse et de traitement de données. Pour un débutant, le salaire du Data Scientist peut s’évaluer à 38 000 euros l’année, et jusqu’à 55 000 euros pour celui qui dispose d’une solide expérience.

 

Data Architect

Le métier de Data architect consiste principalement à organiser la récupération et la gestion des données brutes. Ces informations peuvent provenir de diverses sources, être structurées et en très grande quantité. Le Data architecte se charge dès lors de les collecter. Une fois que c’est fait, il procède à un inventaire des données ce qui va le conduire à une tâche bien plus délicate. Il s’agit en effet pour ce professionnel de définir les bases de collecte, de stockage et de manipulation.

Il optimise les différents flux associés et fait des propositions quant aux changements de modélisation. Les actions de l’architecte de données doivent permettre aux différents métiers de l’entreprise de répondre aux enjeux de croissance et de cohérence. Elles doivent aussi permettre de faciliter le traitement des données croisées en aval.

Les sources de travail du Data architect sont entre autres : le dictionnaire des données, le design du MCD (Modèle Conceptuel des Données) ou un check-up des référentiels en place. Il conçoit l’architecture Cloud en respectant les contraintes de cyber sécurité et les dispositions réglementaires.

Pour devenir Data Architect, des études supérieures de 5 ans en école d’ingénieur sont nécessaires, mais aussi en statistiques ou en informatique. Les acquis en big data et en stratégie d’entreprise sont un plus pour perfectionner les compétences d’un Data architect. Pour un début, le salaire annuel est de 36 000 Euros, avec plus d’expérience, il pourrait toucher jusqu’à 120 000 Euros par an.

 

Chief data officer

Le Chief data officer (CDO) est un professionnel dont les principales missions sont de créer et de garantir un environnement sécurisé pour le management de l’entreprise. En vue d’un accès fiable aux informations utiles facilitant les prises de décision stratégique et conséquente.

En effet, il travaille à mettre à la disposition des différents décideurs de l’entreprise un cadre propice dans lequel ils peuvent avoir accès à des données importantes, de manière sécurisée. Ainsi, ils peuvent aisément se déployer et prendre des décisions importantes en toute sérénité.

Le Chief data officer doit mettre à la disposition de l’entreprise des logiciels de Data & Business Intelligence et les plateformes efficaces pour une meilleure analyse des données. Ces logiciels doivent pouvoir automatiser les tâches de chaque segment de l’organisation. La qualité et la cohérence des informations est donc de la responsabilité du CDO.

Le Chief data officer doit collaborer avec des responsables comme le directeur informatique, le contrôleur de gestion et le chargé des opérations. Chacun de ces métiers étant une spécialité du traitement des données au sein de l’entreprise, le CDO se doit de travailler en parfaite synergie avec eux.

Le Chief data officer est titulaire d’un Bac 5 en Management, en Informatique, en Statistiques ou/et en Marketing, obtenu dans une université ou dans une grande école. Il doit jouir d’une solide expérience dans le big data, 10 ans minimum. C’est un poste hautement stratégique dans une entreprise, et le traitement salarial est d’environ 125 000 à 380 000 Euros l’année.

 

Chief analytics officer

Le Chief analytics officer recours à des techniques statistiques pour exploiter, organiser, synthétiser et traduire les données. Il utilise pour cela des outils informatiques pour lui permettre d’analyser cette pile de données. Son rôle est de déterminer les informations les plus pertinentes pouvant servir à l’entreprise et l’aider dans son processus de prise de décision. Ces données se doivent d’être fiables, cohérentes et utilisables, qu’elles proviennent des sources internes ou externes.

Le Chief analytics officer développe des outils d’automatisation visant à perfectionner le processus de traitement de données. Le Chief analytics officer doit avoir suivi une formation de 5 ans après le Bac dans des disciplines comme l’informatique, les statistiques, la data science ou l’économétrie. L’expérience minimum pour un tel poste en entreprise est de 10 ans.

 

Data protection officer

Encore appelé Délégué à la protection des données (DPD), le Data protection officer (DPO) est chargé de la gouvernance des données. Il a pour rôles d’informer, de contrôler et de conseiller sur la gestion des données de l’entreprise et même les données personnelles. La particularité du métier de Data protection officer c’est qu’il est à cheval avec plusieurs disciplines : le droit, la conformité, la sécurité informatique et l’éthique. Il veille au strict respect de la Réglementation Générale sur la Protection des Données (RGPD).

Le DPO est celui qui définit les prérogatives et les responsabilités de chaque strate de l’entreprise. C’est aussi lui qui a en charge la cartographie des traitements et du flux des données et la gestion du registre des traitements.

Le Data Protection Officer doit pouvoir prévenir et anticiper des possibles incidents de sécurité. En France, depuis l’adoption du RGPD, le poste de DPO est devenu obligatoire dans les entreprises qui manipulent des données hautement sensibles.

Au niveau de la formation, le Data protection officer doit attester d’une formation de 5 années après le Bac, en sécurité des systèmes informatiques ou juridiques. Avoir au minimum 5 ans d’expérience. Son salaire annuel peut aller jusqu’à 80 000 Euros.

 

Machine learning engineer

Le Machine learning engineer est un professionnel chargé de déployer les modèles d’apprentissage sur la base d’un jeu de données. Il peut également développer des programmes pour l’extraction et la sélection des informations pertinentes. Ce métier est souvent confondu à celui de Data analyst ou de Data scientist. Concrètement, le Machine learning engineer dispose de compétences dans :

  • La programmation informatique, avec ses langages complexes. C’est le cas de Python.
  • L’analyse et l’exploitation de données statistiques et mathématiques.
  • L’ingénierie logicielle.
  • Le maniement des applications Cloud.
  • La collecte des données grâce à des logiciels comme API.
  • La sécurité informatique.
  • La modélisation des données complexes et peu structurées.
  • La production des modèles.
  • La communication.

Une formation en école d’ingénieur informatique de 5 années est capitale pour devenir Machine learning engineer. Une fois en entreprise et en fonction de son expérience, il peut gagner de 45 000 euros (pour les débutants) à 75 000 euros par an.

 

Database administrator

Le Database administrator encore appelé administrateur de bases de données (ABD) doit veiller à la fiabilité des systèmes de gestion des données. Chaque entreprise dispose d’un système de gestion de données, leur cohérence, leur sécurité et leur qualité dépendent entièrement du Database administrator.

Ce système peut être composé de plusieurs bases de données informatiques et de différents outils. Leur but c’est de stocker et d’organiser les informations de l’entreprise de sorte qu’elles soient aisément consultables.

Le Database administrator définit les critères de choix des logiciels et contribue à la mise en place des bases de données de l’entreprise. Plus tard, il a donc le devoir d’installer, de configurer, d’administrer et d’optimiser ces différentes bases. C’est un spécialiste qui peut former les utilisateurs des données de l’entreprise.

Il est en outre doté d’une rigueur et d’un sens de l’organisation, d’une parfaite maîtrise des systèmes de gestion (Microsoft SGL, Oracle, Sybase…). Une formation de 3 à 5 ans en développement informatique et une expérience d’au moins 3 ans sont requises pour ce poste en entreprise. Le salaire annuel de ce professionnel du Big Data peut aller jusqu’à 75 000 euros.

 

Data steward

Le Data steward, dans une entreprise, s’assure de la pertinence, de la conformité, de la présence, de la cohérence des données. Il doit donc veiller au cycle de vie des données. Le Data steward a donc la charge de définir les indicateurs de qualité d’appréciation des données. Prendre en charge la sécurité et la qualité des données est une tâche qui lui est dévolue. Il est pour les données ce que le Directeur financier est pour les données financières.

Le Data steward supervise l’évolution et l’utilisation des données au sein de l’entreprise, dans le but d’en identifier les écueils et de transmettre les informations à sa hiérarchie. Il est aussi le garant du respect de la réglementation en matière d’archivage et de diffusion des données.

Même s’il existe des procédés de formation internes, il est désormais possible de suivre un cursus de minimum 3 ans dans une grande école. Avec des prétentions salariales pouvant aller jusqu’à 50 000 Euros.

 

Ces 10 métiers en plein essor sont très demandés. Toutefois, les entreprises peinent à recruter à cause des talents qui sont peu nombreux. Ces métiers sont donc une belle opportunité pour toute personne cherchant un emploi ou étudiant. Une fois formé, vous avez la possibilité de travailler directement au sein de l’entreprise, en tant que consultant au sein d’une ESN par exemple ou encore en indépendant selon ce qui vous correspond le mieux.

Articles similaires

Lire aussi x